info-depression.fr

 
 

Plan du site

Témoignages

Martine,

expert-comptable, 37 ans

« J’ai vu qu’il était neutre, que tout ce que je dirai resterait confidentiel, je me suis sentie en confiance. »

La psychothérapie
 

Aurélie,

comédienne, 29 ans

« Les médicaments, je dois dire que ça m’a aidée. Ca n’a pas résolu tous mes problèmes, mais ça m’a permis de dormir, de tenir le choc physiquement, d’écarter un peu mes peurs, mes idées noires. »

Comment agissent les médicaments ?
 

Jean-Luc,

restaurateur, 46 ans

« J’ai attendu longtemps pour aller consulter ; quand j’y pense, je me dis que j’ai été idiot, j’aurais gagné du temps si j’étais tout de suite allé demander à mon médecin traitant ce qu’il pouvait faire pour moi, ou s’il ne pouvait pas me diriger vers un spécialiste. »

Qui consulter pour faire un diagnostic ?
 

Bertrand,

informaticien, 32 ans

« Quand je suis comme ça, je suis complètement amorphe. Je peux rester immobile pendant des heures, scotché devant la télé sans même suivre ce qui s’y passe. Je ne peux plus rien faire, j’ai des boules d’angoisse terribles. Et puis un sentiment de néant. Incapable de bouger. Incapable de faire quoi que ce soit. »

Se sentir à bout
 

Stéphanie,

étudiante, 24 ans

« J’étais perdue, je n’arrivais plus à réfléchir. Quand je voulais me faire du thé, je ne savais pas s’il fallait que je commence à sortir une casserole ou à faire couler l’eau. J’étais perdue, je n’avais plus de logique. »

Être à plat
 

Sophie,

professeur d’anglais, 36 ans

« J’ai pris l’habitude de faire un peu d’aquagym. En même temps, la prof me fait faire des séances de sophrologie, ça m’aide me relaxer, à penser un peu à mon corps. Et puis, sortir de la maison, voir du monde, c’est quand même bien. »

Actions de soins complémentaires
 

Blandine,

employée de banque, 53 ans

« Parler avec mon mari, ce n’était pas suffisant, j’avais besoin d’une aide à l’extérieur. C’était un psychiatre, je pensais qu’il me donnerait juste des médicaments mais il m’a aussi proposé une psychothérapie. »

Qui consulter pour des traitements ?
 

Francis,

plombier, 51 ans

« C’est mon médecin généraliste qui m’a conseillé d’aller la voir. Avec elle, je me suis senti à l’aise, j’ai dit des choses dont je n’avais parlé avant. Parler à une personne étrangère à ma famille, à une professionnelle expérimentée, ça m’a fait du bien. »

La psychothérapie
 

Raymond,

retraité, 63 ans

« Si par malheur je me réveille la nuit, j’ai mon petit moteur qui se met en route, je n’arrête plus de penser et je n’arrive plus à me rendormir. »

Les origines de la dépression
 

Sandra,

vendeuse, 39 ans

« En allant voir un psy, j’ai découvert comment ça peut aider de pouvoir s’ouvrir entièrement, sans avoir rien à cacher, de pouvoir se confier à quelqu’un et dire : "Voilà, je ne suis pas bien". »

Où consulter ?
 

Thierry,

ingénieur en recherche d’emploi, 57 ans

« Le conseil que je donnerais, c’est surtout garder ses amis à ce moment-là, garder ses centres d’intérêt personnel, un domaine à soi. »

Entretenir des liens sociaux
 

Nicole,

mère au foyer, 44 ans

« J’avais mal au ventre, à la tête, je ne pouvais plus manger. Je ne pouvais plus sortir dans la rue, je ne pouvais parler à personne. Je haïssais tout le monde, même mes enfants. »

Les différentes formes de dépression
 

Monique,

mère, 66 ans

« Au début, j’en faisais trop, je lui donnais plein de conseils, je parlais tout le temps… Et puis un jour elle m’a dit en souriant que j’avais le droit quelquefois de me taire, que c’était ma présence, plus que mes paroles, qui la réconfortait vraiment. »

Soutenir son proche
 

Marc,

agriculteur, 49 ans

« Il ne faut pas avoir peur de parler. Il ne faut pas avoir honte. Il faut essayer de sortir ce qu’il y a au fond de soi parce que sinon à force ça finit par craquer. »

Exprimer sa souffrance
 

Annick,

amie d’enfance, 43 ans

« Je lui proposais régulièrement de venir se balader avec moi, sans trop insister, je ne voulais pas lui forcer la main. Au début, il disait "non" tout le temps et puis un jour, il est venu. À la fin de la promenade, il m’a dit que ça lui avait fait du bien. »

Soutenir son proche
 

Serge,

conjoint, 59 ans

« Elle prétendait que ça allait lui passer, qu’elle avait juste besoin de vacances, mais moi j’ai bien vu qu’il y avait un truc qui clochait : elle n’arrivait plus à se lever, elle n’avait plus envie de rien, elle pleurait tout le temps… »

Soutenir son proche